International

Guerre en Ukraine: à Kharkiv, une nouvelle humiliation militaire pour les Russes?

Véhicule militaire détruit près de Kharkiv. - Serguey Bobok

Kharkiv, deuxième ville ukrainienne, résiste toujours à l'envahisseur russe dans l'est du pays. Mieux, sa défense a forcé les troupes adverses à reculer et ce samedi, la ville a bouclé une journée épargnée de bombardement. Sur place, les transports en commun s'apprêtent à se remettre à circuler.

À 400 kilomètres à l'est de Kiev, Kharkiv, deuxième plus grande ville ukrainienne, subit depuis des semaines les assauts de cette Russie dont elle est frontalière. Mais le vent mauvais de la guerre commence à tourner sur place, et ce bastion de la résistance locale à l'envahisseur respire un peu mieux.

"Les Ukrainiens ont remporté la bataille de Kharkiv"

Sur notre plateau ce samedi, le général Jérôme Pellistrandi, notre consultant en matière de défense, a affirmé: "Après la bataille de Kiev qui avait été gagnée par les Ukrainiens, on peut aujourd'hui affirmer que la bataille de Kharkiv a été gagnée par les Ukrainiens également."

"Cette victoire de Kharkiv oblige les Russes à faire remonter leurs forces dans le Nord, à franchir à nouveau la frontière. Pour les Russes, c’est une nouvelle humiliation au plan militaire", a-t-il encore noté.

Pas de bombardement en 24 heures

Au cours des dernières 24 heures, Kharkiv n'a d'ailleurs pas été bombardée. Une exception depuis le début du conflit. Célébrant, dans son allocution diffusée ce vendredi soir, la reprise de "1000 localités" des mains des Russes, le président ukrainien Zelensky a même tiré de son exemple des encouragements nouveaux pour ses troupes et son opinion publique: "La libération graduelle de la région de Kharkiv prouve que nous n’abandonnerons personne à l’ennemi."

L'une de nos équipes a été dépêchée à Stariy Saltiv, dans la grande banlieue de Kharkiv. Mais, si la commune est au nombre des sites arrachés aux soldats du Kremlin, nos reporters n'ont pu que constater que la guerre s'était à peine éloignée. Les Russes se tiennent désormais sur la rive orientale de la Donets, cette rivière qui borde la ville, où elle défie encore les Ukrainiens.

Les enfants du métro

Toutefois, ce repli de l'ennemi dans la région permet à la vie quotidienne de reprendre quelques couleurs. La mairie de Kharkiv vient ainsi de s'engager à remettre en circulation ses transports en commun à compter de lundi. Une décision qui devrait avoir de sérieuses retombées pédagogiques, voire bousculer l'emploi du temps des enfants de la ville.

En effet, tandis que les frappes russes ont détruit les établissements scolaires, ils sont des dizaines à s'être réfugiés dans le métro où des enseignants leurs dispensent des cours. Valeriy Leiko, professeur d'histoire, est de ceux-là. "Ces leçons aident les enfants psychologiquement. Beaucoup ont perdu leur maison, leurs parents et ça reste des enfants", a-t-il confié devant nos caméras, ajoutant: "Avec ces cours, ils sentent que quelqu’un les aime."

Robin VernerJournaliste BFMTV