International
en direct

Adhésion à l'Otan: la Turquie se dit prête à discuter avec la Finlande et la Suède

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara, le 24 novembre 2021.

La guerre dure depuis déjà deux mois et vingt jours, et en Ukraine, l'agresseur russe bute toujours sur la résistance de l'armée locale. Au 80e jour de l'invasion, ce samedi, les combats se concentrent dans la région du Donbass.

Ce direct est terminé

Ce direct est désormais terminé. Merci de nous avoir suivi sur BFMTV.com.

Le point sur la situation à minuit

• Volodymyr Zelensky a accueilli à Kiev une délégation de parlementaires américains menée par Mitch McConnell, le chef de la minorité républicaine au Sénat américain 

•  La Turquie est prête à discuter avec la Finlande et la Suède de leur candidature à l'Otan et des motifs qui suscitent l'hostilité d'Ankara vis-à-vis de cet élargissement 

•  L'Arche de l'Amitié des Peuples, un emblématique monument soviétique du centre-ville de Kiev, est devenu ce samedi l'Arche de la Liberté du Peuple ukrainien.

Volodymyr Zelensky rencontre à Kiev Mitch McConnell, chef des sénateurs républicains américains

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accueilli à Kiev une délégation de parlementaires américains menée par Mitch McConnell, le chef de la minorité républicaine au Sénat américain, selon un communiqué publié samedi par la présidence ukrainienne.

"J'attends avec impatience le soutien américain à de nouvelles sanctions. En outre, nous estimons que la Russie devrait être officiellement reconnue comme un Etat sponsor du terrorisme", a déclaré durant leur rencontre Volodymyr Zelensky, cité dans le communiqué.

Il a également remercié "les Etats-Unis pour leur leadership dans le soutien à l'Ukraine", estimant qu'ils ne protégeaient pas seulement son pays "mais aussi les valeurs et libertés démocratiques, le droit des nations à choisir librement leur futur".

Adhésion à l'Otan: la Turquie se dit prête à discuter avec la Finlande et la Suède

La Turquie est prête à discuter avec la Finlande et la Suède de leur candidature à l'Otan et des motifs qui suscitent l'hostilité d'Ankara vis-à-vis de cet élargissement, a déclaré samedi le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu.

"La grande majorité du peuple turc est contre l'adhésion de ces pays qui soutiennent l'organisation terroriste PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et ils nous demandent de bloquer cette adhésion", a affirmé le ministre avant une rencontre de l'Otan à Berlin à laquelle participent ses homologues finlandais et suédois. "Mais ce sont des questions dont nous devons parler bien sûr avec nos alliés de l'Otan ainsi qu'avec les pays" concernés, a-t-il ajouté.

Adhésion à l'Otan: la Finlande se dit "confiante" dans la possibilité de s'entendre avec la Turquie

Le chef de la diplomatie finlandaise Pekka Haavisto s'est dit confiant, samedi, dans la possibilité de s'entendre avec la Turquie malgré l'hostilité affichée par le président turc Recep Tayyip Erdogan à l'entrée dans l'Otan de son pays et de la Suède.

S'exprimant avant une série de discussions avec les membres de l'Otan, dont la Turquie, à Berlin, Pekka Haavisto s'est dit "confiant dans le fait qu'à la fin nous trouverons une solution et que la Finlande et la Suède deviendront membres de l'Otan".

Kiev rebaptise un monument soviétique en "Arche de la Liberté du Peuple ukrainien"

L'Arche de l'Amitié des Peuples, un emblématique monument soviétique du centre-ville de Kiev, est devenu ce samedi l'Arche de la Liberté du Peuple ukrainien, suite à une décision en ce sens du conseil municipal.

"Aujourd'hui, le conseil municipal a décidé de 'décommuniser' le nom de l'arche de l'Amitié des Peuples. Ce sera désormais l'Arche de la Liberté du Peuple ukrainien", a annoncé sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitali Klitschko.

Les élus municipaux ont en outre "approuvé une liste de plus de 40 monuments et emblèmes mémoriaux qui devront être retirés des rues et bâtiments de la capitale pour être transmis au musée du totalitarisme", a-t-il ajouté.

Le parti de la Première ministre finlandaise dit oui à l'Otan, décision finale dimanche

Le parti social-démocrate de la Première ministre finlandaise Sanna Marin a annoncé ce samedi son soutien à une très large majorité à une candidature du pays nordique à l'Otan, qui doit être officialisée dimanche.

Sur les 60 membres de la direction du parti, 53 ont voté pour, 5 contre et deux se sont abstenus, selon le résultat du vote annoncé lors d'une conférence de presse à Helsinki.

La candidature de la Finlande doit être officialisée dimanche par l'exécutif, avant une réunion du Parlement lundi et l'envoi formel de sa candidature au siège de l'Otan à Bruxelles dans les prochains jours.

Sergueï Lavrov estime que l'UE "perd son indépendance" face au "diktat de Washington"

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a largement critiqué l'alliance entre l'UE et les Etats-Unis, qui soutiennent l'Ukraine face à la Russie dans le conflit, affirmant que "l'UE perd son indépendance" face au "diktat de Washington", lors d'une conférence de presse ce samedi.

"La qualité de vie des Européens est dictée par les Etats-Unis", a-t-il affirmé. "Est-ce que les Etats-Unis sont prêts à s'aligner au principe égalité souveraine des Etats?", a-t-il fait mine de s'interroger.

Le G7 critique la décision de l'Inde, alliée de la Russie, d'interdire les exportations de blé

Les ministres de l'Agriculture du G7 ont critiqué ce samedi la décision de l'Inde d'interdire les exportations de blé après une récente vague de chaleur, jugeant que cela "ne fera qu'aggraver la crise" de l'approvisionnement en céréales déjà sous tension avec la guerre en Ukraine.

"Si tout le monde commence à imposer de telles restrictions à l'exportation ou même à fermer les marchés, cela ne fera qu'aggraver la crise et cela nuira aussi à l'Inde et à ses agriculteurs", a déclaré le ministre allemand de l'Agriculture, Cem Özdemir, à l'issue d'une réunion avec ses homologues à Stuttgart.

"Nous appelons l'Inde à prendre ses responsabilités en tant que membre du G20", a-t-il ajouté en réaction à l'annonce de New Delhi.

>> Notre article sur cette déclaration est à lire ici.

Sergueï Lavrov déplore que l'Occident mène une guerre "hybride et totale" contre la Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov estime que l'Occident mène une guerre "hybride et totale" contre la Russie, dénonçant une "vague de russophobie" menée par les "pays civilisés", lors d'une conférence de presse ce samedi. "On rejette tout ce qui est russe", a-t-il déploré.

"Il faut riposter vis-à-vis des attaques hostiles à notre égard, il y a du pain sur la planche", a-t-il ajouté.

Poutine estime que la fin de la neutralité militaire finlandaise serait une "erreur"

La fin de la neutralité militaire de la Finlande serait une "erreur", a estimé ce samedi le président russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue finlandais Sauli Niinistö, selon un communiqué du Kremlin.

"Vladimir Poutine a souligné que la fin de la politique traditionnelle de la neutralité militaire serait une erreur, puisqu'il n'y a aucune menace à la sécurité de la Finlande", indique le communiqué.

L'annonce de la candidature d'Helsinki pour l'adhésion à l'Otan, vue d'un très mauvais oeil par Moscou, est attendue dimanche.

"Une personne à laquelle Poutine aurait du mal à dire non": des proches de combattants d'Azovstal appellent à l'aide le président chinois

Des proches de combattants ukrainiens piégés dans l'aciérie d'Azovstal, dernière poche de résistance aux forces russes dans le port stratégique de Marioupol, ont lancé ce samedi un appel à l'aide au président chinois Xi Jinping, lui demandant d'aider à leur évacuation.

"Il y a dans le monde une personne à laquelle Poutine aurait du mal à dire non. Nous sommes confiants que la Chine, forte et noble, peut prendre des décisions difficiles pour une bonne cause", a lancé, lors d'une conférence de presse à Kiev, Natalia Zarytska, l'épouse d'un combattant.

"Nous appelons son Excellence, le président chinois Xi Jinping, à faire preuve (...) d'une grande sagesse orientale et à oeuvrer pour sauver les défenseurs de Marioupol", a-t-elle ajouté, dans une salle où avait été accroché un portrait du dirigeant chinois.

Candidature à l'Otan: le président de la Finlande a appelé Vladimir Poutine

Le président finlandais Sauli Niinistö a appelé ce samedi son homologue russe Vladimir Poutine au sujet de la candidature imminente du pays nordique à l'Otan qui suscite l'hostilité de Moscou, a annoncé Helsinki.

"La conversation a été directe et sans détour et s'est passée sans contrariété. Éviter les tensions a été considéré comme important", a déclaré le chef de l'État finlandais dans un communiqué de la présidence.

Le G7 veut des sanctions supplémentaires visant des secteurs dont la Russie est "dépendante"

Toujours à travers la même déclaration, le G7 a indiqué vouloir des sanctions supplémentaires visant des secteurs dont la Russie est "dépendante", et a exhorté la Chine à ne "saper" les efforts internationaux en ce sens.

Le G7 "ne reconnaîtra jamais les frontières" que la Russie tente de modifier par la force

Par une déclaration officielle, le G7 vient de s'engager à ne "jamais reconnaître les frontières" que la Russie tente d'imposer à l'Ukraine. Le sommet international somme par ailleurs la Biélorussie à "cesser de faciliter" l'agression russe de l'Ukraine.

Un député ukrainien appelle Macron à prendre la tête d'un "mouvement des dirigeants du monde entier pour sauver les héros d'Azovstal"

Sergiy Taruta est député à la rada de Kiev, et l'ancien gouverneur de Donetsk. Par ailleurs, il fut ouvrier sur le site désormais martyre d'Azovstal. "Il faut se mobiliser pour sauver ces héros", a-t-il lancé ce samedi matin sur notre antenne, évoquant les 1000 soldats ukrainiens qui se trouvent encore dans les souterrains de cette aciérie de Marioupol.

Les autorités ukrainiennes affirment de surcroît que 600 d'entre eux sont blessés. "Il n’y a plus de médicament sur place et nous n’avons, hélas, aucun moyen de les aider, à part lancer une initiative commune des dirigeants du monde entier", a alerté Sergiy Taruta, ajoutant: "J’ai l’espoir qu’Emmanuel Macron prenne la tête de ce mouvement des dirigeants".

La Russie a cessé de fournir de l'électricité à la Finlande

Les exportations d'électricité de Russie vers la Finlande ont cessé durant la nuit de vendredi à samedi après une annonce en ce sens d'un fournisseur russe, a dit à l'AFP un responsable de l'opérateur du réseau électrique finlandais.

L'entreprise responsable des ventes d'électricité russe à la Finlande, RAO Nordic, avait annoncé vendredi son intention de cesser ses livraisons à minuit, invoquant des impayés, au moment où la Finlande s'apprête à annoncer sa candidature à l'Otan.

Le recteur de l'Université de Marioupol évoque des scènes de guerre "les plus terrifiantes depuis cent ans"

Constatant les dégâts matériels dans sa ville décimée, anéantie, et sans se fier aux bilans provisoires, le recteur de l'Université de Marioupol a avancé: "Boutcha, Borodyanka apparaîtront hélas comme des scènes de guerre légères par rapport à ce qu’il s’est passé à Marioupol".

"Je n’ose imaginer le nombre de corps éparpillés dans ces sous-sols complètement détruits", a-t-il ajoutant, prédisant "le nombre exact des victimes sera terrible". "Ce sera peut-être les images les plus terrifiantes depuis cent ans", a-t-il insisté sur notre antenne ce matin.

Le recteur de l'Université de Marioupol dénonce un "régime d'occupation" sur place

Dans le sud-est de l'Ukraine, Marioupol est passé sous contrôle russe, à l'exception du site d'Azovstal. Nikolaj Trofimenko est le recteur de son université. S'il est désormais réfugié à Kiev, il a décrit la situation régnant dans la ville où il travaille, ce matin sur notre antenne.

"Pour passer d’un district à l’autre, il faut des autorisations. Il faut passer par des filtres, pour obtenir de la nourriture. C’est un régime d’occupation qui s’est installé", a-t-il dénoncé en duplex. Il a poursuivi: "100.000 civils sont encore piégés dans la ville. Parce que même pendant les opérations d’évacuation, les Russes tirent sur les civils ! Ils ne laissent pas les véhicules sortir de cette enfer."

"Les images, artificielles, d’une vie civile à Marioupol ne correspondent pas à la vérité", a-t-il achevé.

Un militaire russe décrit les crimes de guerre commis par son ancienne unité sur le front ukrainien

Nous diffusons lundi, à partir de 20h50, notre nouveau document Ligne rouge: "Crimes de guerre, les preuves".

Dans cet extrait diffusé dès ce samedi, un soldat russe capturé évoque les actes barbares commis par son unité sur le front auprès d'un blogueur ukrainien.

"Le tournant de la guerre en août": les prédictions du renseignement ukrainien

Kyrylo Budanov, chef du renseignement militaire ukrainien, a livré ses prédictions sur l'évolution du conflit dans les mois à venir lors d'un entretien accordé aux médias.

"Le tournant devrait intervenir dans la deuxième quinzaine d’août et la plupart des combats seront terminés d’ici la fin de l’année", a-t-il affirmé.

Marioupol: 600 blessés en attente d'évacuation sur le site d'Azovstal

600 blessés, dont 38 le sont gravement. C'est le bilan livré par les autorités ukrainiennes au sujet des derniers défenseurs du site d'Azovstal, ultime enclave ukrainienienne à Marioupol et au centre des tractations entre Russes et locaux.

Ces blessés, qui comptent parmi les 1000 soldats de la garnisation qui résiste encore sur place, sont réfugiés dans les souterrains de cette zone industrielle. Et dans des conditions dramatiques. Sviatolsva Palamar, l'un de ces militaires, a apporté son témoignage dans une vidéo mise en ligne: "Nous manquons de tout, de munitions, de nourriture et de médicaments".

Zelensky assure que l'armée ukrainienne reprend du terrain aux Russes

Dans son allocution quotidienne il y a quelques heures, Volodymyr Zelensky a une nouvelle fois cherché à galvaniser les siens.

Tandis que les Ukrainiens revendiquent la mort de 27.000 soldats russes depuis le début de la guerre, leur président a ainsi affirmé que son armée avait repris "1000" localités à l'ennemi, dont "six" pour la seule journée de vendredi.

Les combats font rage au Donbass, mais les Russes piétinent

Des combats particulièrement intenses sévissent dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, sur laquelle Moscou se concentre sans avancée significative, tandis que des négociations "très difficiles" se déroulent sur le sort des derniers défenseurs de la stratégique ville portuaire de Marioupol.

"Il y a des combats nourris à la frontière avec la région de Donetsk, près de Popasna", a commenté vendredi soir sur Facebook Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, faisant état de nombreuses pertes en matériel et en personnel du côté russe.

"C'est une horreur mais ils essaient encore de parvenir à leurs fins. Mais d'après les interceptions (de communications téléphoniques), nous comprenons qu'un bataillon entier a refusé d'attaquer car ils voient ce qui est en train de se passer", a-t-il relevé.

Un responsable américain de la Défense, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a confirmé que l'activité russe la plus importante actuellement se déroulait dans le Donbass. "Et, en gros, nous continuons de voir que les Russes ne font pas de prise significative" dans cette région, a-t-il indiqué.

"L'artillerie ukrainienne contrecarre les efforts russes pour gagner du terrain, y compris leurs efforts pour franchir la rivière Donest (...) ce qui affecte leur capacité à envoyer des renforts importants dans le nord du Donbass", a poursuivi cette source.

BFMTV