Grand Lille

Lille: un homme placé en garde à vue après des menaces contre une mosquée

Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Les menaces de l'homme avaient été enregistrées sur une vidéo qui avait été diffusée sur les réseaux sociaux. La mosquée a déposé plainte.

Un homme âgé de 23 ans a été placé en garde à vue jeudi, soupçonné d'avoir formulé des menaces contre les fidèles de l'une des principales mosquées de Lille, a appris l'AFP auprès du parquet et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

L'homme a été placé en garde à vue jeudi matin après "avoir été interpellé à son domicile à Faches-Thumesnil" dans le cadre d'une enquête judiciaire "ouverte pour menaces de mort sur un groupe de personnes appartenant à une religion et apologie du terrorisme", a indiqué le parquet de Lille à l'AFP.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux

La vidéo sur la base de laquelle la mosquée Al-Imane a porté plainte a été tournée sur une place entre cette mosquée et une association musulmane, Human Appeal, qui avait été la cible de tags islamophobes il y a quelques mois, a indiqué le secrétaire général de la mosquée, Makhlouf Mameche.

On entend la personne qui filme dire en marchant "c'est une petite mosquée, mais le vendredi il y a du monde, il y a moyen de tuer une bonne vingtaine de personnes", insistant "je vais les tuer ces fils de pute".

La mosquée a déposé plainte

Lors des premières auditions, le suspect "a reconnu être l'auteur des menaces contre les fidèles de la mosquée de Lille-Sud dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux", a précisé le parquet de Lille.

L'homme indique "avoir agi alors qu'il se trouvait sous l'emprise de l'alcool. Les investigations se poursuivent".

"Des menaces graves ont visé une mosquée à Lille", avait auparavant tweeté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. "Sur mon instruction, la police nationale sécurise la mosquée depuis hier et cela, pour le temps nécessaire. Une interpellation a eu lieu ce matin", a-t-il précisé.

"La mosquée a déposé plainte" mardi, "dès qu'elle a pris connaissance de la vidéo", a expliqué à l'AFP son directeur, Rachid Hamoudi.

L.R. avec AFP