Cote dAzur

Comment Greenpeace multiplie les actions pour perturber le festival Cannes Lions

Ce jeudi matin, plusieurs activistes sont arrivés en camion de pompiers devant le Palais des Festivals de Cannes pour y accrocher des affiches. L'OGN veut dénoncer le rôle des agences de publicité dans la crise climatique.

Ils multiplient les actions. Depuis le début de Cannes Lions, le festival de la publicité, l'ONG Greenpeace enchaîne les prises de position. Elle souhaite dénoncer le déni des agences publicitaires qui font la promotion des énergies fossiles et donc, leur rôle dans la crise climatique.

Lundi soir, Gustav Martner, publicitaire repenti et ancien gagnant du festival en 2007, s'est introduit dans la cérémonie d'ouverture pour rendre son prix.

"J’ai rendu les prix que j’avais gagnés en travaillant pour des compagnies aériennes et automobiles. J’en ai aussi profité pour appeler à l’interdiction de la publicité pour les entreprises fossiles. J’ai interrompu la cérémonie, j’ai gâché la fête et j’ai été sorti par le service de sécurité", explique Gustav Martner sur le site de Greenpeace.

Puis mercredi, une quarantaine d'activistes ont envahi sur des kayaks, une plage privatisée par WPP, un réseau d'agences de publicité et de communication mondial.

Une maison en feu

La dernière action date de ce jeudi matin. Des activistes sont arrivés devant le Palais des festivals à bord d'un camion de pompiers pour monter sur le toit du bâtiment et y accrocher des banderoles. Cinq militants ont été interpellés et placés en garde à vue au commissariat de Cannes, d'après France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Sur les affiches utilisées par Greenpeace, l'image d'un chien ne cesse de revenir. C'est en réalité celle d'un "meme", une image énormément diffusée sur les réseaux sociaux avec un message humoristique, représentant l'animal buvant tranquillement un café dans une maison en feu.

Ce dernier affirme "This is fine", ou "tout va bien" en français - un message ironique sur le changement climatique. Tout va bien mais la planète brûle.

David Lisnard remonté

Ces affiches, placardées un peu partout dans les rues de Cannes, ne sont pas du goût de tout le monde. Le maire David Lisnard reproche à Greenpeace de dégrader le mobilier urbain et a notamment demandé l'expulsion de leur bateau, qui se trouve actuellement dans le port, d'après des propos relayés par Nice-Matin.

Des affiches de Greenpeace affichées dans Cannes pour le Cannes Lions. © Greenpeace

De son côté, Greenpeace regrette la réaction de la mairie et rappelle qu'elle ne vise que les agences publicitaires avec ses actions. L'ONG a d'ailleurs lancé une pétition pour interdire "la publicité et les parrainages en faveur des combustibles fossiles". Plus de 236.000 personnes l'avaient signé ce jeudi.

Marylène Iapichino avec Marine Langlois